Sélectionner une page
Je suis un parent

Favoriser la santé mentale de mon enfant

Ses besoins développementaux

Afin de favoriser la santé mentale de votre enfant, vous devez être attentif à ses besoins physiques, émotifs, intellectuels et sociaux et vous assurer d’y répondre adéquatement. Les besoins de base de votre enfant s’actualisent ainsi pour chacune des sphères de développement suivantes.

Ses besoins physiques

Sur le plan de ses besoins physiques, vous devez vous assurer qu’il mange, bouge et dorme bien [1]. Vous devez également le protéger des dangers réels afin d’éviter les accidents et les blessures, sans toutefois le surprotéger [2].

Ses besoins émotifs

En ce qui concerne ses besoins émotifs, sachez que vous êtes à la base de sa sécurité affective. Avec vous, il doit se sentir aimé, important et savoir que vous êtes là pour lui. Il se reconnaîtra digne d’amour, ce qui sera un atout considérable dans le développement de son estime de soi [3].

Ses besoins intellectuels

Pour ce qui est de ses besoins intellectuels, vous devrez vous assurer de le guider dans sa découverte et sa compréhension du fonctionnement de son corps et du monde qui l’entoure. Sachez susciter sa curiosité tout en évitant de le surstimuler [4].

Ses besoins sociaux

Finalement, quant à ses besoins sociaux, votre enfant a besoin de sentir qu’il fait partie d’un groupe de personnes qui tiennent à lui et qui lui serviront de modèles : parents, fratrie (s’il y a lieu), autres adultes et enfants [5].

Bien que le développement suive généralement des étapes prévisibles, votre enfant se développera à son propre rythme sur ces divers plans. Ses besoins changeront au fur et à mesure qu’il grandira. Reconnaissez le caractère unique de votre enfant et respectez ses sentiments, son rythme d’apprentissage, ses gouts et intérêts, ses capacités et sa personnalité.

Références
[1] Mental Health Foundation (2018). Children and young people. Repéré à : https://www.mentalhealth.org.uk/a-to-z/c/children-and-young-people

[2] Chorpita, B. F. et Barlow, D. H. (1998). The development of anxiety: the role of control in the early environment. Psychological bulletin, 124(1), 3-21.

[3] Mental Health America (2018). What Every Child Needs For Good Mental Health. Repéré à : http://www.mentalhealthamerica.net/every-child-needs

[4] Ferland, F. (2014). Le développement de l’enfant au quotidien.De 0 à 6 ans. 2eÉd. Montréal : Édition du CHU Sainte-Justine.

[5] Over, H. (2016). The origins of belonging: social motivation in infants and young children. Philosophical Transactions of the Royal Society, 371 (1686), 1-8. http://dx.doi.org/10.1098/rstb.2015.0072

Ses besoins selon sa période de développement

0 À 6 ANS : LA PETITE ENFANCE

Rédigé par Melissa Goodfellow, psychoéducatrice

INTRODUCTION

La petite enfance est une période très sensible au cours de laquelle votre enfant acquerra rapidement de multiples capacités sur lesquelles reposeront plusieurs aspects de son développement ultérieur, lesquelles auront indubitablement un impact sur sa santé mentale.

QUELS SONT SES BESOINS PHYSIQUES?

De 0 à 6 ans, votre enfant développera plusieurs aspects physiques de sa personne, et ce, de façon très rapide. D’abord, sur le plan de sa croissance physique votre enfant gagnera 200 g par semaine et 2,5 cm par mois. À six mois, il aura doublé son poids de naissance et à 9 mois, il l’aura triplé. À deux ans, il pèsera entre 9,5 et 15,2 kg et mesurera entre 80 et 93 cm. À 5 ans, son poids se situera entre 13 et 23 kg et sa taille, entre 99 et 117 cm (1). Notons aussi le développement du cerveau. À la naissance, la taille du cerveau se situe à 25 % du poids de sa masse adulte, à un an, à 66 %, et à 3 ans, à 90 % (2).

Il développera aussi ses motricités globale et fine selon les principes de base suivants. D’abord, le développement moteur de votre enfant se fait de la tête aux pieds. Il commencera donc par bouger sa tête, puis son tronc et enfin ses jambes, ce qui le mènera à la marche. Ensuite, le contrôle moteur se précisera peu à peu en se faisant à partir des parties situées près de son corps vers les extrémités. Alors, vous constaterez que peu à peu les parties de son corps parviennent à travailler de façon segmentaire. Au début, il se tourne d’un bloc, puis cette action se complexifie peu à peu. Finalement, avant l’émergence d’une activité motrice volontaire, apparaîtront des réactions de type réflexe. Prenez par exemple, le réflexe de nage : tenez votre enfant sous le ventre dans l’eau et vous constaterez qu’il bouge les bras et les jambes, comme s’il voulait nager. Ce n’est pourtant que bien plus tard qu’il pourra apprendre la natation (3).

Durant cette période, il développera également ses sens : le toucher, l’ouïe, la vue, le goût et l’odorat. Ceux-ci lui permettront d’entrer en contact avec son environnement et de découvrir et d’interpréter le monde. Dès la naissance de votre enfant, tout ce qu’il vivra – expériences, interactions et stimulations – affecteront son développement physique. En tant que parents, votre rôle est essentiel puisque vous êtes ses principaux agents de stimulation.

BESOINS PHYSIQUES -> PISTES D’ACTION :

  • Apprenez à votre enfant à être actif en lui proposant des activités physiques adaptées à son développement : ramper, rouler, faire bouger ses membres; jouer à tirer-pousser, lancer- attraper, grimper; jeu de balançoire, tricycles; cordes à sauter.
  • Stimulez ses sens : amenez-le à manipuler différentes textures; attirez son attention sur les bruits environnants et nommez-les-lui; portez son regard vers des objets, des mouvements, des couleurs et identifiez-les-lui; encouragez-le à gouter des aliments ayant différentes saveurs et textures; faites-lui sentir plusieurs odeurs et quand il sera assez grand, couvrez-lui les yeux et demandez-lui d’identifier ces odeurs.

QUELS SONT SES BESOINS INTELLECTUELS?

C’est progressivement que votre enfant développera sa pensée, son raisonnement et son intelligence. En le stimulant, vous l’aiderez à connaître son corps, à l’utiliser de sorte que son intérêt se portera vers les objets et comment les utiliser (4). Peu à peu, il parviendra à se représenter les personnes et les objets dans sa tête. Il développera également son sens de l’humour et sa créativité (5).

BESOINS INTELLECTUELS -> PISTES D’ACTION :

  • Encouragez votre enfant à expérimenter, à découvrir, à explorer son environnement, à jouer tout en vous assurant qu’il le fasse dans un contexte sécuritaire.
  • Faites-lui la lecture dès sa naissance et expliquez-lui ce que vous lisez. Cela stimulera son langage, son imagination et sa créativité.
  • Parlez souvent à votre enfant. Dès qu’il sera apte à parler, discutez avec lui et encouragez-le à vous faire part de ses réflexions.

QUELS SONT SES BESOINS ÉMOTIFS?

Le développement émotionnel de votre enfant réfère au lien qu’il établira avec vous de même qu’à l’expression et à la gestion de ses émotions. La qualité de la relation que vous entretiendrez avec votre enfant sera, en grande partie, responsable de son bon développement. En effet, cette relation que vous établirez dès la naissance de votre enfant façonnera ses relations futures avec l’ensemble des gens et milieux qu’il côtoiera. Votre attitude, votre comportement et votre façon de réagir seront donc d’une grande importance dans l’établissement de la relation d’attachement avec votre enfant (6).

BESOINS ÉMOTIFS -> PISTES D’ACTION :

  • Offrez-lui un environnement sécurisant, prévisible et cohérent en établissant une routine concernant notamment le sommeil, les repas, etc.
  • Réconfortez-le lorsque vous le sentez perturbé.
  • Parlez-lui des émotions, lisez-lui des livres qui facilitent la mise en mots et en images des émotions.

QUELS SONT SES BESOINS SOCIAUX?

La famille est le premier lieu de socialisation de l’enfant. C’est donc dans ce milieu qu’il apprendra d’abord à attendre son tour, à partager, à entrer en contact avec les autres et à faire sa place tout en les respectant. En tant que parent, vous avez une grande influence sur le développement des habiletés sociales de votre enfant (7). Plus il grandira, plus il subira l’influence des autres adultes et enfants de son environnement.

BESOINS SOCIAUX -> PISTES D’ACTION :

  • Offrez-lui des occasions d’entrer en contact avec d’autres enfants : allez jouer au parc ou dans des installations intérieures.
  • Apprenez-lui des stratégies pour entrer en contact avec les autres : dire bonjour, se présenter, demander pour jouer, etc.
  • Offrez-lui des périodes de jeux organisés qui favoriseront notamment sa capacité à suivre des règles de base.
  •  Offrez-lui également des périodes de jeux libres, qui stimuleront sa créativité.

Références

1.  Fortin, G., et Dioro, G. (1999). Croissance et développement,    indices d’abus et de négligence. Montréal. Hôpital Sainte-Justine.
2.  Papalia, M. D., Olds, M. S. et Feldman, M. R. (2010). Psychologie du développement humain. Paris. De Boeck Supérieur.
3.  Ferland, F. (2014). Le développement de l’enfant au quotidien. De 0 à 6 ans. 2e Éd. Montréal : Édition du CHU Sainte-Justine.
4.  Papalia, M. D., Olds, M. S. et Feldman, M. R. (2010). Psychologie du développement humain. Paris. De Boeck Supérieur.
5.  Cloutier, R., Gosselin, P et Tap, P. (2005). Psychologie de l’enfant, Montréal, Gaëtan Morin Éditeur.
6.  Papalia, M. D., Olds, M. S. et Feldman, M. R. (2010). Psychologie du développement humain. Paris. De Boeck Supérieur.
7.  Cloutier, R., Gosselin, P et Tap, P. (2005). Psychologie de l’enfant, Montréal, Gaëtan Morin Éditeur.

6 À 12 ANS : L’ENFANCE : UNE OUVERTURE SUR LE MONDE

Rédigé par Melissa Goodfellow, psychoéducatrice
Avec la collaboration d’Isabelle Thibault, professeure au département de psychoéducation de l’Université de Sherbrooke

INTRODUCTION 

Durant cette période marquée par de nombreux apprentissages, votre enfant accède à un nouvel univers et à de nouvelles libertés. C’est l’époque de la découverte et de l’autonomie.

QUELS SONT SES BESOINS PHYSIQUES?

Sur le plan physique, la croissance de votre enfant se fait plus lentement, mais de façon constante. Il croîtra de 5 à 7 cm et prendra de 2 à 3 kg par année (1). Cette période de ralentissement permet à l’enfant d’apprivoiser plus facilement l’image qu’il a de son corps et sa gestuelle. Il devient plus habile physiquement et est maintenant en mesure de mieux performer dans les sports pour lesquels il a de l’intérêt.

Durant cette période, ses os, ses muscles et ses articulations se renforceront au terme d’activités physiques diversifiées (2). De plus, la pratique de divers sports procure à votre enfant un meilleur état de santé global : apprentissage de la coopération et de l’esprit sportif, meilleure estime de soi, meilleure aptitude à la résolution de problèmes, meilleur rendement scolaire, diminution du stress et de l’anxiété, contrôle du poids, etc. Il aura toutefois besoin de votre soutien pour l’inciter à bouger et à se dépenser physiquement.

BESOINS PHYSIQUES –> PISTES D’ACTION :

  • Encouragez votre enfant à jouer dehors. En effet, les jeux extérieurs sont souvent plus actifs que les jeux intérieurs. Des périodes d’activité physique de 60 minutes par jour sont recommandées (3). Il n’est pas obligatoire que votre enfant fasse une activité sportive organisée dans un club sportif. Une partie de soccer improvisée, jouer à cache-cache ou dans les jeux modulaires au parc sont d’excellentes façons de bouger. L’activité physique combinée à une alimentation équilibrée auront un impact significatif sur sa santé en général, de même que sur la qualité de son sommeil.
  • Laissez-le explorer plusieurs sports, s’il le souhaite. Il doit pouvoir tester ce qu’il aime et ce qu’il aime moins. Ce n’est généralement que vers 10 ans qu’il pourra entamer une pratique sportive plus soutenue (4).
  • Explorez ses intérêts en termes d’activités physiques. S’il pratique des sports qu’il aime, sa motivation s’en verra grandement augmentée.

QUELS SONT SES BESOINS INTELLECTUELS?

Lorsque votre enfant de 6 ou 7 ans est confronté à un problème, sa compréhension est centrée sur ce qu’il en perçoit et ses propres expériences. Plus il grandira, plus il sera en mesure de considérer plusieurs points de vue en même temps (5). Il pourra désormais faire appel à son raisonnement et à sa logique pour résoudre des problèmes, en tentant de trouver des explications cohérentes ou de nouvelles solutions. Dans la mesure où lesdits problèmes sont réels et concrets, qu’ils portent sur des objets et non sur des idées (6-7).

Il est également important, à cet âge, de stimuler la créativité de votre enfant. C’est sa créativité qui lui permettra d’imaginer, de réaliser et de produire de nouvelles choses, de nouvelles idées. C’est aussi sa créativité qui lui permettra de trouver des solutions originales aux problèmes qu’il rencontre et de s’adapter aux imprévus de la vie de façon imaginative (8).

Bien entendu, son entrée à l’école stimulera sa curiosité. Le fait de sortir du monde familial fait que votre enfant amplifiera son désir d’apprendre de nouvelles choses. En tant que parents, vous pouvez aussi l’encourager à faire de nouvelles découvertes, à assouvir sa soif d’apprendre.

BESOINS INTELLECTUELS –> PISTES D’ACTION :

  • Laissez-le s’ennuyer : si on lui laisse suffisamment de temps, il trouvera le moyen de meubler sa solitude à l’aide des objets ou des situations qui l’entourent. Vous pourriez alors être fort étonné du monde imaginaire qui se déploiera devant vos yeux (9).
  • Faites-lui découvrir la bibliothèque municipale, le monde merveilleux des livres et discutez avec lui de ses lectures.
  • Créer des situations où il devra mettre sa logique à l’épreuve : proposez-lui de résoudre des énigmes, par exemple.
  • Amenez-le dans des musées où se déroulent des activités, notamment, au musée des sciences de la nature où l’on explique l’origine de divers phénomènes météorologiques fascinants.
  • Inscrivez-le à des activités parascolaires comme des cours d’art plastique ou de musique.

QUELS SONT SES BESOINS ÉMOTIFS?

En ce qui concerne ses besoins émotifs, votre enfant a besoin de savoir que ses parents l’aiment, avec ses forces et ses faiblesses, ses réussites et ses échecs (10). Il est aussi primordial d’encadrer votre enfant de façon à favoriser son sentiment de sécurité.

Le sentiment de compétence réfère au jugement que porte votre enfant sur sa capacité à maîtriser et à accomplir les tâches pour un type de performance donnée (11) (études, sports, arts). Il s’acquiert graduellement, au fil d’expériences réussies. Le sentiment de compétence influencera sa motivation, son engagement et sa persévérance face aux défis auxquels il sera confronté. Lorsqu’un enfant doute de ses capacités, ses aptitudes personnelles peuvent se voir limitées, voire complètement annulées (12). C’est pourquoi il est important d’aider votre enfant à construire son sentiment de compétence. C’est ce qui le mènera à développer son estime personnelle, à s’accorder une valeur à lui-même. « Une bonne estime de soi a un effet sur tous les aspects de la vie : l’apprentissage, les relations, la santé, la carrière, la satisfaction par rapport à la vie » (13). À cet égard, « vous pouvez influencer votre enfant de manière positive et l’aider à développer une estime de soi (…) qui lui permettra de réussir à accepter la critique, les échecs et les déceptions aussi bien que les succès et l’approbation » (14).

BESOINS ÉMOTIFS –> PISTES D’ACTION :

  • Ayez des attentes réalistes : proposez-lui des défis à sa mesure qui lui feront vivre des réussites. Ceci lui fera prendre conscience de ses forces.
  • Soulignez ses réussites et félicitez-le. Il est recommandé de privilégier des phrases qui visent le comportement précis plutôt qu’un renforcement général. Par exemple, dites- lui : « J’aime beaucoup les couleurs que tu as choisies pour ce dessin » plutôt que « Tu es bon ».
  • Les échecs sont tout aussi importants que les réussites. Donnez-lui droit à l’erreur et offrez-lui votre soutien lorsqu’il se positionne en situation d’échec.
  • Respectez son besoin de se distinguer des autres enfants par ses sentiments, ses goûts, ses intérêts, ses capacités et sa personnalité et évitez de le comparer aux autres.
  • Mettez un cadre clair en place. Choisissez quelques règles importantes plutôt qu’un nombre abondant qui serait difficile à appliquer. Prévoyez également des conséquences adaptées. Assurez-vous de la compréhension que votre enfant se fait des règles et conséquences. Soyez constant dans l’application de ce cadre.

QUELS SONT SES BESOINS SOCIAUX?

L’enfant sortant peu à peu du cercle familial cherche à découvrir comment le monde fonctionne à l’extérieur et à élargir son propre cercle social. Il a besoin d’être en contact avec ses amis et s’intéresse de plus en plus à la vie en groupe. Ce nouvel environnement social lui permettra de développer de nombreuses habiletés sociales (partager, écouter, négocier, faire des compromis, se mettre à la place de l’autre, etc.) qui lui serviront tant pour créer des amitiés qu’à l’école (15). En fait, il apprend à vivre en société. Il a besoin de passer du temps avec ses amis à l’école, mais aussi en dehors de celle-ci.

BESOINS SOCIAUX –> PISTES D’ACTION :

  • Soutenez-le dans son désir d’inviter des amis à la maison et de leur rendre visite : ça lui permettra de constater différents modes de fonctionnement dans les familles (16).
  • Encouragez-le à pratiquer des activités dans la communauté (patinoire, piscine, etc.). Il pourrait y faire des rencontres intéressantes (17).
  • Limitez le temps passé devant la télé, les jeux vidéo : choisissez plutôt de l’initier à certains jeux de société qui lui permettront de mettre en pratique plusieurs habiletés sociales.

Références

1.  Bee, H. et Boyd, D. (2008). Les âges de la vie, 3e édition. Montréal : Édition du renouveau pédagogique.
2.  Papalia, M. D., Olds, M. S. et Feldman, M. R. (2010). Psychologie du développement humain. De Boeck Supérieur.
3.  Organisation mondiale de la santé (2018). Activité physique pour les jeunes : Recommandations pour les jeunes âgés de 5 à 17 ans. Repéré à : http://www.who.int/dietphysicalactivity/factsheet_young_people/fr/.
4.  Ferland, F. (2014). Le développement de l’enfant au quotidien. De 6 à 12 ans. 2e Éd. Montréal : Édition du CHU Sainte-Justine.
5.  Ibid
6.  Wooley, M. E., Bowen, G. L. et Bowen, N. K. (2004). Cognitive pretesting and the developmental validity of child self-report instruments: theory and applications. Research on Social Work Practice, 14, 191–200.
7.  Kazdin, A. E. (2000). Psychotherapy for Children and Adolescents – Directions for Research and Practice. New York: Oxford University Press.
8.  Cottraux, J. (2010). À chacun sa créativité. Paris : Odile Jacob.
9.  Buzyn, E. (2002). Papa, maman, laissez-moi le temps de rêver. Paris : Les éditions Albin Michel.
10.  Mental Health America (2018). What Every Child Needs For Good Mental Health. Repéré à : http://www.mentalhealthamerica.net/every-child-needs
11.  Bandura, A. (1986) Social Foundations of thought and action: A social cognitive theory. Englewood Cliffs, New Jersey: Prentice-Hall.
12.  Lecomte, J. (2004). Les applications du sentiment d’efficacité personnelle. Savoirs, (5), 59-90.
13.  La Fondation de psychologie du Canada (2016). L’estime de soi – Le soutien émotionnel aux enfants d’âge scolaire. Repéré à : www.psychologyfoundation.org/pdf/publications/focusonselfesteembooklet.pdf
14.  Ibid
15.  Ferland, F. (2014). Le développement de l’enfant au quotidien. De 6 à 12 ans. 2e Éd. Montréal : Édition du CHU Sainte-Justine.
16.  Ibid
17.  Ibid

12 À 18 ANS : L’ADOLESCENCE EN EFFERVESCENCE

Rédigé par Melissa Goodfellow, psychoéducatrice
Avec la collaboration de Catherine Laurier, professeure au département de psychoéducation de l’Université de Sherbrooke

INTRODUCTION

L’adolescence est une période effervescente où plusieurs changements marquants se manifesteront tant sur les plans du développement physique, intellectuel, psychologique, sexuel, social et identitaire. Ces changements nécessiteront une grande adaptation de la part de votre adolescent. Globalement, l’adolescent a pour objectif de s’épanouir, de développer son autonomie et de devenir indépendant. Durant cette période de passage de la dépendance de l’enfance vers l’indépendance de l’âge adulte (1), il explorera, expérimentera et remettra en question l’autorité de ses parents, les règles et les idées de son entourage. Il aspirera à devenir un adulte et souhaitera qu’on le traite comme tel. Il s’agit d’une période marquée par des bouleversements considérables. Cette période peut s’avérer complexe et intimidante où la pression pour réussir à l’école, à la maison et auprès de son groupe de pairs est très présente.

Il est important de bien comprendre ces changements liés à la puberté, car ils entraineront un impact important sur l’adaptation de votre adolescent et un défi pour la famille qui nécessiteront un ajustement de la part de tous. Les parents doivent départager ce qui appartient aux bouleversements de la puberté, tout en outillant son adolescent à réguler ses émotions et en le renseignant sur la sexualité. Ainsi, il sera important de normaliser les sautes d’humeur, une plus grande sensibilité et les modulations du cycle du sommeil liés notamment aux changements hormonaux, de même qu’à la fragilité de l’estime de soi liée entre autres à leur nouvelle image corporelle et à l’importance du regard des autres (2).

QUELS SONT SES BESOINS PHYSIQUES?

Un changement majeur s’effectuera sur le plan physique de votre enfant : la puberté s’installe! Le corps se métamorphose considérablement sur les plans physique et fonctionnel. La composition du corps changera en termes de proportion et de distribution du gras et des muscles. Le corps fera aussi des gains en ce qui concerne ses capacités aérobiques : force musculaire, résistance, capacité cardiorespiratoire, etc (3).

Ces changements se produiront entre 8 et 13 ans chez les filles et se traduiront notamment par le développement des seins, l’apparition des poils et des premières règles (4). Chez les garçons, la puberté surviendra entre 9 et 14 ans et se présentera, entre autres, par une augmentation des poils, par la voix qui mue en changeant de timbre et par les premières éjaculations (5).

La puberté sera précoce si elle survient avant l’âge de 8 ans chez les filles et de 9 ans chez les garçons (6). À l’inverse, un retard pubertaire s’observera par l’absence du développement des seins après 13 chez les filles et par l’absence du développement testiculaire après 14 ans, chez les garçons (7). Dans ces deux cas, vous devez demeurer vigilant, car il est possible que cela entraîne des difficultés sur le plan adaptatif de votre jeune.

La montée hormonale ayant lieu à l’adolescence donnera également lieu à l’émergence du désir sexuel. Sachez alors que la masturbation est un comportement très répandu durant cette période et qu’il est normal (8).

BESOINS PHYSIQUES -> PISTES D’ACTION :

  • Parlez-en avec votre adolescent. Partagez votre expérience. Communiquez-lui des informations sur l’âge où votre propre puberté est apparue, vos réactions et inquiétudes face à ces changements et les aspects positifs dans le fait de devenir un adolescent.
  • Respectez son intimité. Par exemple, vous pouvez cogner à la porte de sa chambre avant d’entrer, en ne le forçant pas à parler des sujets qui le rendent mal à l’aise, mais en démontrant votre ouverture à en discuter avec lui.
  • Soyez positif face aux changements qu’il vit : vous êtes fier de le voir grandir et les changements qu’il vit sont normaux. Partagez-lui votre fierté, car il en a besoin.
  • Soyez tolérant envers son humeur instable, son besoin de plus d’autonomie, sa sensibilité. Les différentes émotions qu’il vit peuvent être très intenses (9).
  • Assurez-vous que votre adolescent ait une hygiène de vie adéquate : une bonne alimentation, du sommeil et du repos suffisant et de l’exercice physique sont absolument nécessaires lors de cette période de croissance exponentielle empreinte de stress.
  • Établissez un dialogue avec votre adolescent concernant la sexualité. Parlez de ses préoccupations, de son développement sexuel, de ses expériences amoureuses et sexuelles, de son identité ou de son orientation sexuelle, des conduites à risque et des moyens de contraception et de protection.

QUELS SONT SES BESOINS INTELLECTUELS?

La maturation de certaines cellules nerveuses dans son cerveau lui permettra d’améliorer ses capacités intellectuelles : autoévaluation, planification à long terme, établissement d’un plan afin de faciliter ses activités, adoption de nouveaux comportements pro-sociaux plus adaptés. L’adolescent peut également réfléchir à des concepts et à ses pensées. Ces nouvelles aptitudes lui permettront une meilleure capacité à résoudre des problèmes et à sa pensée à passer du concret à des situations abstraites. Ceci l’aidera donc à émettre des hypothèses, à planifier des activités, à mettre en place des stratégies, à tirer des conclusions à partir de ce qu’il observe, etc. Ces nouvelles compétences auront un impact sur sa mémoire, sa communication, son attention et sa compréhension du monde qui l’entoure (10).

En début d’adolescence, votre jeune vivra le passage du primaire au secondaire. Il s’agit d’une étape importante qui peut s’avérer angoissante. Une transition difficile pourrait avoir des conséquences telles que : diminution de son rendement scolaire (11), déclin de son intérêt pour les matières scolaires (12), attitude négative envers l’école (13), diminution de son sentiment de compétence (14) et réactions négatives envers les enseignants (15). Pour certains élèves, les difficultés liées à la transition au secondaire seront temporaires et de faible ampleur, alors que pour d’autres, elles persisteront à long terme. Tous les jeunes ne vivent pas une transition primaire-secondaire difficile. En effet, certains s’adaptent avec succès et vous pouvez l’aider dans cette transition.

Pour en savoir plus sur le Programme de soutien à la transition au secondaire

BESOINS INTELLECTUELS -> PISTES D’ACTION :

  • Piquez sa curiosité pour divers sujets portant sur l’actualité, la politique, l’histoire.
  • Réfléchissez ensemble aux divers enjeux d’actualité.
  • Soutenez-le dans ses découvertes de stratégies et de résolution de problème. Même si vous favorisez son autonomie, faites-lui savoir que vous êtes disponible pour l’aider en cas de besoin. Proposez-lui des énigmes à résoudre en famille.

QUELS SONT SES BESOINS ÉMOTIFS?

La période adolescente et la quête identitaire vont de pair. En effet, votre adolescent commencera à se questionner sur qui il est vraiment, où il va dans la vie et avec qui il veut être. Plusieurs sentiments le mèneront à développer son identité : sentiment de continuité d’existence, d’intégrité, de distinction des autres, d’appartenance, d’efficacité, d’estime de soi et d’avoir un sens. Il développera ainsi ses propres habitudes, motivations et attitudes qui s’exprimeront à travers les composantes identitaires suivantes : identités professionnelle, politique, religieuse, relationnelle, intellectuelle, sexuelle, culturelle et intérêts, personnalité et identité physique (16).

Cette période est également marquée par un besoin d’autonomie émotionnelle. Durant son cheminement vers l’autonomie émotionnelle, il pourra cesser de vous idéaliser comme parent. Il sera moins dépendant envers vous et acquerra la capacité à se débrouiller seul et il aura besoin de préserver son intimité personnelle (17).

BESOINS ÉMOTIFS -> PISTES D’ACTION :

  • Encouragez-le à s’affirmer, à émettre son opinion et ses valeurs sur divers sujets. Écoutez-le, respectez-le et partagez votre savoir avec lui. Il est possible que vos opinions et valeurs diffèrent et c’est normal.
  • Tout en l’encourageant à vous parler, respectez son désir de ne pas tout vous dire. Respectez ses limites, son intimité. Laissez-le libre d’accepter ou de refuser vos conseils.

QUELS SONT SES BESOINS SOCIAUX?

Votre adolescent sera en quête de plus en plus d’autonomie. En effet, son besoin d’indépendance l’amènera à se comporter ainsi. Il doit toutefois apprendre à gérer ses émotions et à adopter des comportements qui sont acceptables en société. Plusieurs facteurs contribueront au développement de ses compétences sociales, notamment son tempérament, sa personnalité, son rendement scolaire, ses milieux familial et scolaire, son réseau de pairs, etc. De plus, certaines de ses aptitudes contribueront à ses compétences sociales : son estime de soi, son sentiment d’efficacité personnelle, sa capacité à se mettre à la place de l’autre et sa capacité à résoudre ses conflits avec les autres (18).

Ses pairs lui sont très importants. Ils permettront à votre adolescent d’apprendre et d’expérimenter plusieurs aptitudes sociales, telles que la résolution de conflits, la gestion des émotions, la définition de sa pensée et de ses idées, l’expérience de la relation intime, le partage, etc. Celles-ci lui seront utiles tout au long de sa vie (19).

Vous pouvez consulter ces liens pour en savoir plus sur les sujets suivants :

Faire sa place dans un groupe de pairs 

Les relations sociales à l’adolescence

L’importance des relations d’amitié à l’adolescence 

Lors de cette période, les relations amoureuses prennent généralement une place très importante dans la vie de votre jeune et elles sont également vécues avec beaucoup d’intensité. Elles lui permettront de développer plusieurs habiletés relationnelles, notamment la communication avec l’autre en présence d’un sentiment amoureux, composer avec des émotions négatives et positives intenses, accepter et respecter les différences entre les partenaires, etc.

BESOINS SOCIAUX -> PISTES D’ACTION :

  • Faites-lui découvrir des lieux et activités où il pourra s’épanouir socialement : la maison des jeunes, activités parascolaires (le club scientifique ou de plein air, etc.).
  • Proposez-lui de faire du bénévolat pour une cause qui lui tient à cœur.
  • Ayez de la considération pour ses relations amoureuses de même que pour les joies et les peines qui y sont associées.
  • Prenez le temps de connaître les amis de votre adolescent. Il se sentira respecté dans ses choix.

Références

1.  Cloutier, R., et Drapeau, S. (2015). Psychologie de l’adolescence. 4ème édition. Montréal : Gaëtan Morin.
2.  Ministère de la santé et des services sociaux (2015). Avoir une image positive de son corps à l’adolescence. Repéré à : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/mosaik/bulletins/15-314- 09W_Bulletin9.pdf.
3.  Cloutier, R., et Drapeau, S. (2015). Psychologie de l’adolescence. 4ème édition. Montréal : Gaëtan Morin.
4.  Société canadienne de pédiatrie (2018). Grandir : de l’information pour les filles au sujet de la puberté. https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/information_for_girls_about_puberty
5.  Société canadienne de pédiatrie (2018). Grandir : de l’information pour les garçons au sujet de la puberté. Repéré à : https://www.soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/information_for_boys_about_puberty
6.  Bouvattier, C. (2014). Prise en charge thérapeutique: traitement par les analogues de la GnRH. In Puberté précoce (pp. 83-91). Springer, Paris.
7.  Edouard, T., et Tauber, M. (2010). Retard pubertaire. Archives de pédiatrie, 17(2), 195-200.
8 . Young, S. (2014). Du plus petit au plus grand : outil de soutien à l’observation et à l’accompagnement des enfants de 0 à 18 ans (2e édition), CJM-IU, Montréal.
9.  Ministère de la santé et des services sociaux (2015). Avoir une image positive de son corps à l’adolescence. Repéré à : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/mosaik/bulletins/15-314- 09W_Bulletin9.pdf.
10.  Young, S. (2014). Du plus petit au plus grand : outil de soutien à l’observation et à l’accompagnement des enfants de 0 à 18 ans (2e édition), CJM-IU, Montréal.
11.  Blyth, D. A., Simmons, R. G. et Carlton-Ford, S. (1983). The adjustment of early adolescents to school transitions. The Journal of Early Adolescence, 3(1-2), 105-120.
12.  Hirsh, B. J. et Rapkin, B. D. (1987). The transition to junior high school: A Longitudinal study of self- esteem, psychological symptomatology, school Life and social support. Child Development, 58(5), 1235- 1243.
13.  Haladyna, T. et Thomas, G. (1979). The attitudes of elementary school children toward school and subject matters. The Journal of Experimental Education, 48(1), 18-23.
14.  Wigfield, A., Eccles, J. S., Mac Iver, D., Reuman, D. A. et Midgley, C. (1991). Transitions during early adolescence: Changes in children’s domain-specific self-perceptions and general self-esteem across the transition to junior high school. Developmental psychology, 27(4), 552-565.
15.  Haladyna, T. et Thomas, G. (1979). The attitudes of elementary school children toward school and subject matters. The Journal of Experimental Education, 48(1), 18-23.
16.  Canard., C. (2010). Le développement de l’adolescent. L’adolescent à la recherche de son identité. Groupe de Boeck, Bruxelles.
17.  Young, S. (2014). Du plus petit au plus grand : outil de soutien à l’observation et à l’accompagnement des enfants de 0 à 18 ans (2e édition), CJM-IU, Montréal.
18.  Young, S. (2014). Du plus petit au plus grand : outil de soutien à l’observation et à l’accompagnement des enfants de 0 à 18 ans (2e édition), CJM-IU, Montréal.
19.  Ibid